bébé à table mangeant son petit pot

Diversification alimentaire : quand et comment démarrer ?

Quand et comment introduire de nouveaux aliments dans les repas de son tout-petit ?

  • 12 min

Habitué au lait depuis sa naissance, votre enfant va pouvoir peu à peu s’ouvrir à de nouvelles saveurs. C’est le moment de la diversification alimentaire, une étape riche en découvertes pour bébé ! Avec l’introduction de nouveaux aliments, tous ses sens vont être en éveil grâce à de nouvelles saveurs, odeurs, couleurs et textures. Un vrai bonheur pour ses papilles ! C’est également une période importante pour le sensibiliser dès le plus jeune âge à une alimentation variée et équilibrée, basée sur le plaisir.

Un grand pas pour bébé qui entraîne souvent de nombreuses questions chez les parents. Pour y voir plus clair, vous trouverez dans cet article les grandes étapes à connaître au moment de diversifier l’alimentation de votre petit glouton.

Quand débuter la diversification alimentaire de bébé ?

Il est recommandé de commencer la diversification alimentaire au plus tôt à l’âge de quatre mois révolus, au plus tard à l’âge de six mois révolus. Durant cette période, le nourrisson est particulièrement ouvert à de nouvelles découvertes sensorielles. Avant quatre mois, il est encore trop tôt parce que leurs intestins ne sont pas encore suffisamment développés. À partir de six mois, ses besoins nutritionnels évoluent. Pour les couvrir, il devient alors nécessaire de lui proposer une alimentation diversifiée, en complément du lait maternel ou infantile.

Pour savoir si votre petit gourmet est prêt à explorer de nouvelles saveurs, il existe certains signes révélateurs : il arrive à se tenir assis, peut soutenir sa tête, porte des objets à sa bouche et se montre intéressé par le contenu de votre assiette. Demandez toutefois toujours l’avis de votre pédiatre, de votre médecin avant de commencer. Chaque enfant étant unique, inutile de comparer l’évolution de votre bébé à celui des autres. Il est possible que votre tout-petit ait besoin d’un peu plus de temps pour aborder cette étape qui va bousculer ses habitudes alimentaires !

Comment bien commencer la diversification alimentaire ?

Pour initier votre enfant à sa première purée, choisissez de préférence un jour où vous êtes pleinement disponible. Plus le moment sera agréable, plus il se sentira en confiance face à tous ces changements culinaires. Il est généralement conseillé de démarrer la diversification alimentaire au repas de midi, avant l’allaitement ou le biberon. Bébé aura une faim d’ogre et sera mieux disposé à accepter la nouveauté. ;) N’hésitez pas à laisser la cuillère à votre partenaire, les premiers repas de bébé seront l’occasion pour eux de créer du lien.

Le début de la diversification alimentaire peut se faire de deux manières différentes :

  • En proposant une cuillère de légumes finement mixés à votre petit gourmet.

  • Au biberon, en diluant un peu de légumes mixés dans le lait et en augmentant petit à petit les quantités jusqu’à obtenir un biberon moitié lait, moitié légumes.

L’introduction de nouveaux aliments est une grande étape qui doit toujours se faire de manière progressive. Proposez un aliment à la fois à votre nourrisson afin qu’il puisse bien identifier son goût, son odeur et sa texture. Variez le plus possible les saveurs pour enrichir sa palette de goûts, cela lui permettra d’accepter plus facilement de nouveaux aliments par la suite. Veillez également à respecter un intervalle de deux à trois jours entre deux nouveaux aliments pour détecter toute réaction allergique.

À partir de 6 mois et selon le principe de la DME vous pouvez aussi proposer à votre petit aventurier un morceau de fruit, légume ou de pain à grignoter. On vous en dit plus dans notre article « Top 10 des astuces pour réussir la DME de bébé ».

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

et recevez du contenu et des conseils pensés spécialement pour votre vie de parent !

Quelle quantité pour débuter ?

Commencez par proposer de petites quantités de légumes et de fruits : 1 à 2 cuillères suffisent. Vous pourrez ensuite augmenter progressivement les portions jusqu’à atteindre l’équivalent d’un pot de 130 g au bout d’un mois. La règle d’or : restez toujours à l’écoute de votre bébé et adaptez le nombre de cuillères en fonction de son appétit. Dès ses premiers mois, il sait instinctivement manger à sa faim. S’il a du mal à finir ses cuillères au début, pas de panique. L’objectif des premiers repas n’est pas de nourrir bébé, mais plutôt d’éveiller son goût et de tisser une relation de plaisir avec la nourriture. Ses besoins nutritionnels sont en effet entièrement comblés par le lait jusqu’à six mois.

Quelles sont les grandes étapes de la diversification alimentaire ?

De 4 à 6 mois : Avec l’accord du pédiatre ou du médecin, votre petit aventurier est prêt à explorer de nouvelles saveurs. C’est la première étape de la diversification alimentaire avec l’introduction des légumes et des fruits, sous forme de purées finement mixées.

De 6 à 8 mois : Votre petit glouton a besoin de protéines animales, riches en fer comme la viande, le poisson et les œufs. Ses besoins nutritionnels sont plus importants, le lait seul ne suffit plus à les combler. Son rythme évolue peu à peu avec quatre repas par jour (deux diversifiés et deux tétées/biberons de lait). Il est aussi temps de varier les textures en proposant des aliments écrasés à la fourchette.

De 8 à 12 mois : Votre tout-petit peut à présent savourer des recettes plus élaborées. À lui les mélanges de saveurs, les herbes aromatiques et les épices douces ! Côté texture, il peut à présent déguster des morceaux fondants.

De 12 à 36 mois : L’alimentation de bébé est maintenant variée, proche de celle des grands. Ses premières dents continuent de pousser et lui permettent de mastiquer de mieux en mieux. Il peut désormais manger des morceaux plus importants. À table, votre petit aventurier se montre de plus en plus autonome et son goût s’affirme.

Quant au lait, il reste à la base de l’alimentation du nourrisson. Il est donc important de lui donner au moins 500 mL de lait par jour jusqu’à trois ans environ.

L’alimentation de bébé de 4 à 6 mois

Votre petit glouton peut commencer à découvrir ses premières purées de légumes et de fruits. Les enfants étant de vrais becs sucrés, il est recommandé de leur proposer les légumes d’abord afin qu’ils soient mieux acceptés.

Côté variété, il y a l’embarras du choix ! Privilégiez les légumes peu fibreux, plus digestes pour bébé, et dont le goût n’est pas trop marqué. Parmi eux : les haricots verts, les épinards, les courgettes, les carottes et les blancs de poireaux, etc. Évitez dans un premier temps les choux, les oignons, le céleri ou encore les poivrons, qui sont plus difficiles à digérer.

Préparez la purée de la façon suivante : mixée finement, sans sel, sans poivre et sans matières grasses. Il est important que les légumes soient bien cuits et préalablement épluchés, rincés et épépinés si besoin.

Environ quinze jours après ses premiers légumes, il est temps d’éveiller ses papilles aux compotes de fruits. Choisissez des fruits classiques du type banane, poire, pomme, pêche, abricot. Vous pouvez les introduire à l’heure du goûter, sous forme de compote bien lisse et sans sucre ajouté, un fruit mixé à la fois.

L’alimentation de bébé entre 6 et 8 mois

Après les légumes et les fruits, l’heure est à la découverte du poisson, de la viande et des œufs ! Proposez à votre nourrisson des protéines animales une fois par jour uniquement en respectant les portions suivantes : 10 g de viande ou de poisson (toujours bien cuits et mixés), soit l’équivalent de deux cuillères à café, ou 1/4 d’œuf dur mixé.

Dès six mois, il est important d’ajouter à ses plats une cuillère à café de matières grasses, nécessaires au bon développement de son cerveau. Choisissez des huiles d’origine végétale (olive, noix, colza) ou ajoutez une noisette de beurre juste avant de servir.

Les céréales infantiles peuvent également venir enrichir ses repas durant cette étape. Saupoudrez-les en petite quantité dans les purées ou biberons pour fournir de l’énergie à votre petit aventurier. Il est possible de lui en donner avant six mois, à condition qu’elles soient sans gluten.

Continuez à varier les aliments, mais aussi les textures, en proposant des purées écrasées plus grossièrement.

Testez nos couches et lingettes dès maintenant

Commandez dès maintenant notre kit d'essai et testez nos couches et lingettes peaux sensibles. Nous vous offrons les produits, vous ne prenez en charge que la livraison.

L’alimentation de bébé entre 8 et 12 mois

À 8 mois, bébé se transforme en petit explorateur. Que ce soit à quatre pattes ou avec ses papilles, il est avide de découvertes. Proposez-lui des recettes plus élaborées en mélangeant différents ingrédients et en ajoutant des herbes aromatiques.

À cet âge, tous les fruits frais sont permis, s’ils sont bien mûrs, même crus (en petits morceaux, fruits dénoyautés). Il faudra attendre encore un peu pour lui donner des fruits secs, qui sont déconseillés en raison des risques d’étouffements.

En parallèle, la mastication se perfectionne. Mêmes sans dents, les bébés sont capables de manger des morceaux plus solides grâce à leurs gencives. Plus habiles avec leur langue, ils parviennent également à déplacer des aliments dans leur bouche. N'hésitez pas à varier les consistances en proposant à votre tout-petit des aliments hachés, mixés, écrasés ou de petits morceaux fondants.

Durant cette période, les enfants peuvent consommer davantage de protéines végétales. Il est recommandé de doubler les quantités en proposant 20 g de viande ou de poisson (4 cuillères à café) ou 1/3 d’œuf dur par jour. Vous pouvez également lui proposer des féculents tels que les pâtes, le pain, la semoule de blé et le riz.

À partir de 8 mois, il est possible d’inclure le fromage dans l’alimentation de votre tout-petit (environ 10g par jour). Seul le fromage pasteurisé sans croûte type gruyère ou emmental est autorisé à cet âge. À partir de 10 mois place aux yaourts au fromage blanc ou aux petits suisses pour bébé (15 g par jour) !

L’alimentation entre 12 et 36 mois

Votre petit aventurier a soufflé sa première bougie et sa palette de goût est à présent très riche. Sa diversification alimentaire est à son apogée. Lors de cette dernière étape, il peut manger comme un grand… enfin presque ! Il possède encore des besoins nutritionnels très spécifiques et ne peut pas partager les repas des adultes, trop salés et sucrés pour lui. Néanmoins, il est tout à fait possible de prélever une portion du plat familial avant tout assaisonnement et de lui donner en guise de plat. Pratique quand on manque de temps, cette astuce évite aussi d’avoir trop de plats différents à gérer. Quant au lait, il reste le pilier de son alimentation, toujours nécessaire pour couvrir tous ses besoins.

À table, bébé se montre plus autonome et peut partager les repas en famille, bien assis sur sa chaise haute. Vous pouvez lui proposer de tenir lui-même sa cuillère, attention aux projections ;). Dès 15 mois, il peut découvrir les légumes secs en purée (lentilles, pois chiches, haricots secs.)

Offrez-lui l’occasion d’explorer toujours plus de saveurs et de textures pour le plus grand bonheur de ses papilles !

Et si bébé refuse de manger ?

Avec la diversification alimentaire, bébé est confronté à un tourbillon de nouveautés ! Il a donc besoin de temps pour s’y acclimater. S’il hésite face à sa première cuillère, encouragez-le tout en lui proposant de nouveau. S’il refuse vraiment, n’insistez pas. Proposez-lui l’aliment le lendemain ou quelques jours plus tard, il se peut qu’il adore à ce moment-là ! Quoi qu’il arrive, respectez son rythme et son appétit. Le repas doit rester un moment agréable pour que son rapport à la nourriture le soit aussi. Si vous cherchez comment développer le goût de votre enfant en douceur, n’hésitez pas à consulter notre article rempli de conseils pour les repas avec bébé !

Peut-on poursuivre l’allaitement au moment de la diversification alimentaire ?

Oui, c’est même conseillé ! :) L’allaitement et la diversification alimentaire sont tout à fait compatibles. L’allaitement exclusif est recommandé par l’OMS jusqu’à l’âge de six mois. Au-delà, il est nécessaire de passer à une alimentation diversifiée, en complément du lait, pour couvrir tous les besoins nutritionnels de votre tout-petit. Votre enfant va ensuite instinctivement diminuer les tétées au profit des aliments solides. Si vous allaitez à la demande, proposez-lui ses repas « solides » à heures fixe pour l’habituer en douceur à son nouveau rythme.

La saviez-vous ? Un bébé allaité est déjà éveillé à de multiples saveurs dès la naissance, puisque le goût du lait varie en fonction de ce que mange la maman. Ainsi, n’hésitez pas à diversifier votre alimentation pour lui permettre de se familiariser à une multitude de goûts.

Si la diversification alimentaire peut paraître compliquée à aborder, il n’y a en réalité pas de règles strictes. Restez à l’écoute de l’appétit et du goût de votre tout-petit, avec un soupçon de patience, les choses se mettront en place peu à peu. Les mots d’ordres sont avant tout le plaisir et la découverte ! On vous souhaite de délicieux repas à venir avec votre petit gourmet. ;)

Ces articles pourraient également vous plaire

Préparer et organiser les petits pots de bébé : les meilleures astuces Artboard Copy 3 Created with Sketch.

Préparer et organiser les petits pots de bébé : les meilleures astuces

La diversification alimentaire est une étape fabuleuse pour votre enfant lui permettant d'éveiller ses sens. C’est dans ...

  • 9 min
La vie de bébé
Cuisiner pour bébé : recettes et astuces Artboard Copy 3 Created with Sketch.

Cuisiner pour bébé : recettes et astuces

La diversification alimentaire est passionnante, les papilles de votre petit aventurier s’éveillent à de nouvelles ...

  • 8 min
La vie de bébé
Premières dents de bébé : à quel âge et comment le soulager ? Artboard Copy 3 Created with Sketch.

Premières dents de bébé : à quel âge et comment le soulager ?

L’arrivée des premières dents de bébé est un moment souvent très attendu… et un peu redouté ! Quand les petites ...

  • 8 min
La vie de bébé