Maman en train d'allaiter son bébé

Tout ce qu’il faut savoir sur l’allaitement et l’alimentation

Quels sont les aliments à éviter pendant l'allaitement ? Quels aliments favorisent la lactation ?

  • 8 min

L’OMS (L’Organisation Mondiale de la Santé) recommande un allaitement maternel jusqu’aux 6 mois d’un bébé. En France, 78 % des jeunes mamans décident de se lancer dans cette aventure lactée. Saviez-vous que l’alimentation joue un rôle primordial dans l’allaitement ? Le lien entre allaitement et alimentation est source de beaucoup de croyances et d’informations différentes. On vous aide à y voir plus clair et à comprendre les connexions entre allaitement, alimentation et santé de votre bébé.

Quels aliments privilégier ou éviter durant l’allaitement ?

Lorsque vous décidez d’allaiter, ce n’est pas comme pendant la grossesse où il y a beaucoup de restrictions alimentaires. Il existe quelques précautions à prendre, mais le plus important est que vous mangiez de tout, des produits frais et variés et des repas équilibrés. Découvrez nos astuces sur les aliments à privilégier et ceux à éviter.

Quels sont les aliments à privilégier durant l’allaitement ?

Pendant votre allaitement, il n’y a pas d’aliments qu’il faut absolument privilégier. En réalité, la meilleure alimentation est celle qui utilise le moins de produits transformés possible, des ingrédients frais et des repas équilibrés. Ce principe vaut également pour toute la famille et tout le temps. C’est donc peut-être l’occasion de prendre de nouvelles bonnes habitudes. On vous conseille de bien équilibrer vos assiettes entre légumes, fruits, protéines (poisson, viande, soja, légumineuses, etc.) et féculents.

Concernant les nutriments, même si une femme allaitante est mal-nourrie, son lait sera suffisamment riche pour son bébé. Le corps s’adapte et puise là où il faut. Cependant, les experts en lactation recommandent une augmentation d’environ 500 kilocalories pendant l’allaitement, mais ce chiffre varie en fonction des femmes. L’allaitement pompe sur les réserves en nutriments d’une jeune maman, vous pouvez ainsi consommer davantage de bonnes calories, comme celles contenues dans les céréales complètes plutôt que des aliments gras et sucrés par exemple.

Faites-vous confiance, si vous sentez que vous avez besoin de plus d’énergie, c’est peut-être que vous avez besoin d’apports supplémentaires. En revanche, pas besoin de trop vous nourrir si vous n’en ressentez pas le besoin. L’allaitement est une manière très naturelle qu’a trouvée le corps pour se remettre en forme et perdre les kilos de grossesse.

S’il n’y a pas un aliment miracle pendant l’allaitement, il est généralement conseillé de boire de l’eau ou des tisanes non sucrées. Il est très fréquent qu’une maman qui allaite ait très soif au début de l’allaitement, car le lait maternel est composé également de l’eau que l’on boit. Vous pouvez même garder un verre d’eau à proximité lors des tétées.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

et recevez du contenu sur mesure pour chaque étape de votre grossesse ainsi que notre plan de grossesse !

Quels sont les aliments à éviter pendant l’allaitement ?

Durant une période d’allaitement, il est fortement déconseillé de consommer de l’alcool, des boissons excitantes en trop grande quantité et de faire des régimes restrictifs. En dehors de cela, il n’y a pas d’aliments interdits ou déconseillés pendant l’allaitement. Vous pouvez donc manger des sushis et du saucisson sans crainte pour la santé de votre tout-petit.

Concernant l’alcool, il n’est pas strictement interdit comme durant la grossesse, mais il faut en consommer avec très grande modération et à environ 3 h de distance des tétées. Cela doit rester un petit plaisir occasionnel que vous vous accordez et à raison de l’équivalent en alcool d’un verre de vin. Vous pouvez demander à votre médecin ou sage-femme qui pourra vous indiquer de manière précise la marche à suivre si vous avez envie de boire un petit peu d’alcool.

Pour les boissons excitantes, comme le café, le thé et autres, il n’est pas question de s’en priver, mais il vaut mieux se limiter à 2 tasses de café par jour par exemple. Vous pouvez les substituer par des tisanes (il en existe des spéciales allaitement) ou bien de la chicorée qui est une racine torréfiée qui donne l’illusion subtile d’un café. Si votre truc ce sont les sodas, on vous recommande d’en limiter la consommation au maximum.

En revanche, si vous suivez un régime végétarien ou végétalien, il est important que vous vous supplémentiez en vitamine B12, car elle est présente dans les produits animaux uniquement. Une carence en vitamine B12 peut avoir de graves conséquences sur le cerveau de bébé notamment.

Que manger pour éviter les coliques du nourrisson ?

Vous avez peut-être déjà entendu que certains aliments consommés par la mère favorisent l’apparition de coliques du nourrisson et de gaz. Pourtant, les recherches qui mettent en lumière un lien de cause à effet entre l’alimentation de la mère et des problèmes d’allergies chez un nourrisson décrivent un taux d’intolérance au lait maternel d’environ 1 %. C’est donc un phénomène très rare. Si votre tout-petit montre des signes de douleurs peu de temps après la tétée, que ses selles sont explosives, qu’il a des gaz excessifs, qu’il vomit et qu’il replie ses jambes sur son abdomen, n’hésitez surtout pas à demander conseil à un professionnel de santé : médecin, pédiatre, conseillère en lactation, etc.

C’est également une question de ressentie. Si vous voyez que votre enfant semble mal digérer certains aliments, vous pouvez très bien arrêter de le consommer pendant 3 à 7 jours et constater les effets sur votre petit-aventurier. Vous allez peut-être entendre que le chou peut causer des coliques, mais ce n’est pas prouvé. Et comme chaque enfant est différent, faites-vous confiance et observez le comportement de votre bébé.

Il n’y a donc aucun aliment à privilégier ou à bannir de votre alimentation en théorie. Si vous pensez qu’un aliment a l’air d’induire des coliques, alors arrêtez-le. Du moment que vous n’arrêtez pas de manger, ce n’est pas très grave de supprimer un ou deux aliments. L’important est de conserver une alimentation équilibrée et saine. En revanche, pour soulager les coliques de bébé, vous pouvez boire des tisanes de camomille romaine ou vaporisez de l’eau florale de camomille romaine sur vos tétons avant la tétée.

Testez nos couches et lingettes dès maintenant

Commandez dès maintenant notre kit d'essai et testez nos couches et lingettes peaux sensibles. Nous vous offrons les produits, vous ne prenez en charge que la livraison.

Quels aliments favorisent la lactation ?

La montée de lait maternel est un procédé physiologique qui survient 2 ou 3 jours après l’accouchement. Cela peut être un peu plus long si vous avez accouché par césarienne, le temps que le corps comprenne que vous avez accouché. La montée de lait arrive toute seule, mais il y a quelques astuces que l’on peut vous donner pour optimiser votre production de lait maternel.

Quels aliments favorisent la montée de lait avant l’accouchement ?

Un mois avant l’accouchement, vous pouvez consommer des boissons à base de fenouil ou de feuilles de framboisier. On leur prête comme vertus de préparer le corps à l’arrivée de votre bébé et à la montée de lait. Voici comment les préparer :

Le fenouil : Versez une cuillère à soupe de fenouil dans 1 l d’eau bouillante et laisser bouillir 10 min. Puis laissez refroidir complètement. Vous pouvez en consommer 2 ou 3 bols par jour.

Les feuilles de framboisier : Faire infuser quelques minutes une cuillère à soupe de feuilles de framboisier dans un bol d’eau chaude. Vous pouvez en consommer 2 ou 3 bols par jour.

Dans certaines cultures, on préconise aux femmes enceintes de manger 3 dattes par jour à la fin de la grossesse. Comme les boissons, elles ne permettent pas de produire beaucoup de lait, mais elle permettrait de préparer le corps.

Quels aliments qui favorisent la lactation pendant l’allaitement ?

Une fois que votre montée de lait est arrivée, la meilleure solution pour produire du lait, c’est l’expression. En d’autres termes, plus votre bébé va téter ou que vous utilisez un tire-lait ou encore l’expression manuelle, plus vous avez de chance de produire du lait. Si vous sentez que votre bébé a du mal à téter, essayez d’alterner les différentes positions d’allaitement, cela peut faire la différence sur la capacité de votre bébé à bien tirer sur le sein.

Il existe des aliments dits galactogènes, ce qui signifie qu’ils aideraient à la production de lait. Notamment des plantes que vous pouvez consommer en tisane. Vous pouvez en trouver en magasin bio ou vous pouvez demander de l’aide à un herboriste qui va vous indiquer ce qui est le mieux pour vous. Qu'en est-il de cette astuce de grand-mère affirmant que la bière favoriserait les montées de lait ? Il s’agit d’une croyance populaire ! La bière reste de l’alcool, il est donc préférable de respecter certaines conditions avant d’en consommer.

L’allaitement maternel et l’alimentation sont à la fois très liés et pas du tout. C’est l’alimentation qui vous donne l’énergie nécessaire et approvisionne vos réserves en nutriments. Cependant, elle n’est pas aussi contraignante que lors de la grossesse. Si vous devez retenir 3 conseils, les voici :

  • Mangez équilibré et sainement,

  • Buvez de l’eau,

  • Faites téter votre bébé pour améliorer votre production de lait.

Et si vous n’arrivez pas à tenir 6 mois d’allaitement, ne culpabilisez pas et si vous tenez beaucoup plus, ne ressentez pas la pression de la société à vous faire arrêter. Et dans le cas où vous produisez bien suffisamment de lait pour votre bébé, vous pouvez contacter un lactarium qui récolte le lait pour le donner aux bébés prématurés. ;)

Il n'y a pas forcément d'aliments à privilégier durant l'allaitement. La meilleure alimentation pour vous et indirectement pour votre enfant est variée et équilibrée. Composez vos assiettes de légumes, fruits, protéines variées, féculents et laitage. Cependant, il est conseillé de bien s'hydrater, buvez de l'eau dès que vous en ressentez le besoin et pensez aux tisanes non sucrées si besoin.

Pendant une période d’allaitement, il est fortement déconseillé de consommer de l’alcool, des boissons excitantes en trop grande quantité et de faire des régimes restrictifs.

Les recherches qui mettent en lumière un lien de cause à effet entre l’alimentation de la mère et les coliques du nourrisson. Néanmoins, si vous voyez que votre enfant semble mal digérer certains aliments, vous pouvez très bien arrêter de le consommer pendant 3 à 7 jours et constater les effets sur votre bébé.

Il existe des aliments dits galactogènes, ce qui signifie qu’ils aideraient à la production de lait. Notamment des plantes ou le fenouil que vous pouvez consommer en tisane. Les amandes et les noix de cajou favoriseraient également les montées de lait. Attention avec la bière qui reste néanmoins de l'alcool !

Ces articles pourraient également vous plaire

Comment reconnaître et traiter une mastite ? Artboard Copy 4 Created with Sketch. Artboard Copy 3 Created with Sketch.

Comment reconnaître et traiter une mastite ?

L’allaitement peut conduire à quelques désagréments et inconforts comme les crevasses, les engorgements ou encore la ...

  • 8 min
Naissance et premiers jours
Devenir parent, 10 choses dont personne ne parle Artboard Copy 3 Created with Sketch. Artboard Copy 4 Created with Sketch.

Devenir parent, 10 choses dont personne ne parle

Sans aucun doute, l’arrivée d’un bébé bouleverse, votre quotidien est désormais complètement chamboulé. Vous prenez ...

  • 9 min
La vie de bébé
Premiers jours avec bébé à la maison : 16 précieux conseils Artboard Copy 4 Created with Sketch.

Premiers jours avec bébé à la maison : 16 précieux conseils

Voilà enfin arrivé le moment du retour à la maison avec bébé ! Une étape tant attendue pour commencer une nouvelle vie ...

  • 12 min
Naissance et premiers jours